Michael Woodford (il/lui; he/him)
Professeur agrégé, Faculté de travail social
Wilfrid Laurier University 

faculty_social_work_michael_woodfordLes recherches de Michael s’intéressent à l’exclusion et l’inclusion sociale des personnes LGBTQ2S+, en particulier les personnes qui étudient à l’université. Une importante part de ses recherches examine le lien entre le climat sur le campus, incluant les micro-agressions qui sont souvent non-intentionnelles (ex. dire «tu n’es pas une vraie femme» à une femme trans), et ses conséquences sur la santé mentale et le développement universitaire. Comme il souhaite encourager la résilience aux effets négatifs de la discrimination, il étudie aussi les facteurs qui favorisent les forces et le bien-être dans un contexte d’adversité. Cela inclut aussi les facteurs institutionnels comme les politiques et les services sur le campus pour les personnes LGBTQ2S+.

Ce projet s’appuie sur les recherches antérieures de Michael sur le climat sur le campus. Ces recherches ont été réalisées aux États-Unis alors qu’il était membre du corps professoral de l’Université du Michigan. En 2013, Michael et Kris Renn ont réalisé l’Étude nationale sur le succès des membres LGBTQ de la population étudiante.

LIEN VERS LA PAGE DE MICHAEL

 

Simon Coulombe (il/lui; he/him)
Assistant Professor, Community Psychology, Faculty of Science
Wilfrid Laurier University 

faculty_science_simon_coulombeGuided by positive psychology and socio-ecological approaches, Simon’s research examines resilience in LGBTQ2S+ individuals and people from other stigmatized communities, exploring how they can achieve wellbeing despite challenges and discrimination. Simon’s work contributes to understanding and reducing inequities faced by communities in stigmatizing circumstances (e.g., LGBTQ2S+ people with mental disorders or disabilities, people living in public housing, etc.) by considering the social and ecological factors that impact their well-being.

Le travail de Simon vise à soutenir l’empowerment de ces communautés en s’assurant que ses recherches produisent des impacts positifs pour les participant(e)s à la recherche, les chercheur(euse)s et les prestataires de services.

LIEN VERS LA PAGE DE SIMON

 

Zack Marshall (il/lui; he/him)
Professeur adjoint, École de travail social
McGill University 

zach_marshall_0Avec plus de 14 ans d’expérience dans les domaines de la santé et de la santé mentale, le travail de Zack porte sur les minorités sexuelles et de genre, particulièrement les jeunes et les communautés desquelles ces personnes font partie; les personnes étiquetées avec des "déficiences intellectuelles" et les personnes qui consomment des drogues. Engagé envers le changement social transformateur, son programme de recherche interdisciplinaire explore l’éthique, l’engagement et la synthèse de la connaissance en relation avec les communautés marginalisées et sous-représentées. 

LIEN VERS LA PAGE DE ZACK

 


Collaborators

Kristen Renn (she/them)
Professeure of Higher, Adult & Lifelong Education
Département d’administration de l’éducation, Collège de l’éducation
Michigan State University

Kristen RennKris’ research focuses on the intersection of student success with issues of identity in higher education, including studies of mixed-race identities, LGBTQ2S+ students and leaders of identity-based student organizations. Kris is co-principal investigator of the National Study of LGBTQ Student Success.

 

LIEN VERS LA PAGE DE KRIS

 

Z Nicolazzo (ze/hir)
Professeur adjoint, Études trans* en éducation
Centre pour l’étude de l’éducation supérieure
Département d’études des politiques et des pratiques en éducation
University of Arizona

Z NicolazzoLes recherches de Z se concentrent sur la cartographie des genres dans le contexte des études supérieures, avec un accent sur la construction de la résilience et des relations chez les membres trans* de la population étudiante. Ses champs d’intérêt spécifiques sont: le genre dans l’éducation supérieure, les méthodologies de recherche et les études trans*. Les recherches de Z soulignent les expériences des personnes aux intersections d’identités raciales, de situations de handicap et de genre. Z écrit également sur l’utilisation de méthodologies, d’épistémologies et de représentations de la connaissance alternatives. Z vient du New Hampshire et dans son temps libre Z aime faire du vélo, lire et passer du temps avec Grrtrude Anne, son chien Westie de 11 ans. 

LIEN VERS LA PAGE DE Z

 

Lauren Munro (she/her)
Candidate au doctorat en psychologie communautaire
Faculté des sciences, Wilfrid Laurier University

Lauren Munro headshot croppedLauren est une activiste-universitaire, artiste et écrivaine dont la vie personnelle et professionnelle est mue par son engagement envers la justice sociale. Elle a collaboré sur de nombreux projets en lien avec la santé et le bien-être des jeunes LGBTQ2S+, notamment des recherches sur les micro-agressions (avec Michael Woodford), la santé sexuelle et la vulnérabilité au VIH, les défis auxquels font face les jeunes immigrant(e)s et réfugié(e)s LGBTQ2S+ et les groupes gais-hétéros (Gay-Straight Alliances). Lauren croit fermement à l’importance de la collaboration entre le milieu universitaire et l’activisme local pour permettre la création de projets qui repoussent les frontières et remettent en cause le statu quo. Au-delà de son travail sur la santé des personnes LBGTQ2S+, Lauren a été impliquée dans des projets qui touchent une variété de disciplines comme les fat studies, la santé sexuelle et la justice reproductive, les mad studies, les déterminants sociaux de la santé et la disability justice.

 


 Assistant(e)s de Recherche Actuel(le)s

Emily Cox (she/her)

image1Emily est une étudiante de première année à la maitrise en psychologie communautaire à l’Université Wilfrid Laurier. Ses recherches explorent les expériences positives de la communauté LBGTQ2S+ en santé mentale et les stratégies d’autogestion utilisées par les personnes de cette communauté afin de promouvoir et conserver leur santé mentale. Elle croit fermement que l’éducation populaire et les modèles d’application des connaissances sont des stratégies pour la promotion de milieux sécuritaires et inclusifs pour les personnes LGBTQ2S+. Dans ses temps libres, Emily aime passer du temps avec sa famille et ses ami(e)s, faire de l’artisanat et câliner ses animaux domestiques.

 

Kendra Hardy (she/her)

PUZJ8689Kendra est une étudiante de deuxième année à la maitrise en psychologie communautaire à l’Université Wilfrid Laurier. Ses recherches s’intéressent aux facteurs qui favorisent ou entravent le bien-être social des personnes LGBTQ2S+. Elle s’intéresse particulièrement au transfert de résultats de recherche auprès des professionnels et décideur(euse)s politiques par le biais de fiches techniques et d’ateliers. Kendra travaille avec une approche basée sur les forces pour encourager l’empowerment des personnes et des groupes, afin de favoriser leur bien-être. Quand elle ne travaille pas ou ne fait pas de bénévolat, Kendra explore des cafés, regarde des reprises de Friends et caresse tous les chiens qui croisent son chemin.

 

Milas Hewson (they/them)

unnamedMilas étudie au baccalauréat en anglais (cinquième année) et a une formation en science. Milas s’intéresse aux sciences de la communication et à rendre les sciences accessibles au public; Milas espère poursuivre ses études dans ce domaine aux cycles supérieurs l’an prochain. Milas a travaillé au partage de recherches et de travaux scientifiques importants avec le Ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario et avec Parcs Canada et souhaite maintenant appliquer ses compétences à l’étude S’épanouir sur le campus. Milas a aussi animé des ateliers pour les allié(e)s des personnes trans et sur l’histoire de l’activisme trans, a organisé des événements sociaux et éducatifs pour les personnes LGBTQ+ sur le campus et a pris part aux efforts d’organisation sur le campus et à l’extérieur. Quand Milas n’est pas en train d’étudier, de faire du bénévolat ou de travailler, Milas est probablement en train de déranger son gecko, de regarder Netflix ou de surfer sur internet

 

Jessica Hutchison (she/her)

Pic for websiteJessica est étudiante au doctorat à la Faculté de travail social de Wilfrid Laurier University. Ses recherches portent sur les femmes emprisonnées (incluant les femmes trans et les hommes trans dans les prisons pour femmes), particulièrement l’usage des fouilles corporelles. Jessica est en faveur de l’abolition des prisons et croit en un monde sans prison. Elle défend l’utilisation d’approches communautaires, plutôt que le recours à la criminalisation et à l’institutionnalisation des groupes marginalisés, pour répondre aux problèmes sociaux complexes. Jessica a un baccalauréat en psychologie de Western University et une maitrise en psychologie communautaire de Wilfrid Laurier University. Dans ses temps libres, Jessica aime lire, s’entrainer, bien manger et passer du temps avec sa famille et de bon(ne)s ami(e)s.

 

Rayne Jarvis (they/them)

rayne

Rayne étudie présentement à la maitrise en travail social à Laurier. Rayne a beaucoup travaillé au sein de la communauté LGBTQ2SI+ de la région de Kitchener-Waterloo. Rayne s’intéresse à la prestation de services pour les jeunes queer de la région ainsi qu’aux lacunes dans les politiques, auxquelles il faut absolument remédier pour permettre la création d’espaces favorisant l’empowerment. Si vous cherchez Rayne, vous trouverez Rayne en train de préparer une prestation pour le prochain party de danse queer local ou de s’occuper avec habileté de ses nombreux amis poilus.

 

Shannan Peck (she/her)

45248749_118706262455188_5372287648096321536_nShannan est étudiante en troisième année du baccalauréat en psychologie à Laurier. Elle s’intéresse aux interactions sociales implicites, à la politique et aux questions sociales concernant les communautés marginalisées. Elle passe beaucoup de temps comme bénévole dans des groupes de défense des droits et elle fait de son mieux pour dire la vérité dans les mondes séculaires et religieux autour d’elle. Quand elle n’est pas en train de microgérer son atmosphère de façon démocratique, elle écrit de la fiction, joue à une de ses trop nombreuses consoles et passe du temps avec son merveilleux (et gâté) chat Miles.

 

Nicholas Schwabe (he/him)

profile-picture.jpgNicholas est étudiant à la maitrise en travail social de Laurier. Il vient de Sudbury, où il a fréquenté l’Université Laurentienne. Il s’intéresse à l’intersection entre la justice sociale et les personnes LGBTQ2S+, aux discours sur la santé mentale, à la participation significative au travail et la théorie de la connaissance. Il a précédemment été impliqué dans des recherches sur la santé au travail, les services de santé mentale pour les enfants et les pratiques de pleine conscience basées sur l’art. Lorsqu’il ne fait pas de lectures scolaires ou n’est pas en train d’explorer des questions liées à une crise existentielle, il attrape des Pokémon ou cuisine des desserts.

 

Alicia N Rubel (they/them)

Alicia R Alicia is a recent graduate of the doctoral program in psychology at Brock University. Alicia’s research examines the psychology of social justice, well-being, purpose in life, and human sexuality and relationships. They have been organizing with gender and sexual minorities and other marginalized groups for over a decade. They believe in the importance of knowledge sharing and have provided workshops in a variety of academic and community settings inviting participants to reexamine topics like prejudice and social norms about relationships. Alicia is currently completing a Master of Social Work at Wilfred Laurier University, so that they can go on to develop and provide better mental health services for gender and sexual minorities. Alicia can be found crafting, hula hooping, and expounding on the greatness of cats.

 

Kirstie Taylor (she/her)

KirstieKirstie est étudiante de deuxième année au programme de maitrise en psychologie communautaire de Wilfrid Laurier University. Ses recherches actuelles se penchent sur les expériences de victimisation de la population étudiante LGBTQ2S+, son soutien social et l’influence de ces facteurs sur l’estime de soi au secondaire et à l’université. Durant son baccalauréat à l’Université du Cap-Breton, elle a dirigé l’évaluation d’un atelier d’introduction au rôle d’allié(e)s LGBTQ+ offert à une partie du personnel de l’université. Kirstie s’est impliquée dans les groupes scolaires LGBTQ+ depuis l’école secondaire, en plus d’autres activités bénévoles et elle est passionnée par les questions de justice sociale, de climat sur le campus et de soutien à la population étudiante. Dans son temps libre, Kirstie assiste à des événements divertissants de la région de Kitchener-Waterloo ou regarde ce qui a su attirer son attention en ligne.

 


Ancien(ne)s assistant(e)s de recherche

Shailagh (Shaiden) Keaney (she/her)

Shaiden Keaney pic by Prestige 1Shaiden a initialement été intéressée par cette recherche en raison de son engagement pour le changement social, la guérison intergénérationnelle et le bien-être de la communauté. Queer dans l’âme, Shaiden est fortement intéressée par la politique de la représentation et espère participer à la définition de discours pouvant changer le statu quo. Après plus d’une décennie au sein de mouvements de justice sociale, Shaiden intègre peu à peu la sagesse de ralentir et de guérir les mondes que l’on porte à l’intérieur de soi. Elle aime danser, faire le clown, écrire et passer du temps dans la forêt avec l’infâme fratrie canine de Sumac et Chico.

 

Ossian MacEachern (they/them)

john st

Ossian MacEachern étudie à la maitrise en histoire à Wilfrid Laurier University. Ses recherches actuelles portent sur les constructions de la masculinité à travers le corps durant la Renaissance. Ossian étudie plus particulièrement comment les lésions corporelles et l’«émasculation» sous la forme de la castration, de la circoncision ou des infections transmises sexuellement ont des impacts sur le monde genré de la Renaissance européenne. Ossian a aussi travaillé sur la perception chrétienne du corps juif à la Renaissance. Ses recherches précédentes, à l’extérieur de l’université, incluent des travaux sur les liens entre l’éducation supérieure et le complexe militaro-industriel. Quand Ossian ne travaille pas en recherche, Ossian se dédie à la poésie, à l’artisanat et à cajoler les chats.

 

Alyssa Mervin (she/her)

00.33114992_10156373384669419_5835709559863246848_n.5

Alyssa a un baccalauréat en psychologie et une maitrise en travail social. Ses recherches des cinq dernières années sont fondées sur une approche basée sur les forces et sur la résilience dans les institutions scolaires. Elle défend une éducation sécuritaire, accessible et inclusive pour l’ensemble de la population. Ceci l’a conduite à travailler avec Michael Woodford et son équipe sur l’inclusion des populations LGBTQ2S+ dans l’éducation supérieure. Elle aime passer du temps avec ses neveux, être mère d’un chat, lire, jouer au Super Nintendo et être en plein air.

 

Monica van Schaik (she/her)

MvanSchaikprofilepic

Monica is presently doing her Masters of Social Work at Wilfrid Laurier University. She was first drawn to this project through her continual commitment to social justice in her work and community. Her research interests focus on studying the impact of micro-affirmations and micro-aggressions on the personal narratives of LGBTQ2S+ and disabled individuals. In the corners of time that she is not doing schoolwork, she can be found taking part in community activism, backcountry canoeing, or making delicious food in her kitchen.

 

Rachel Yavnai (she/her)

rachelyavnai.jpg

C’est l’intérêt de Rachel pour les récits de vie, particulièrement comment les histoires personnelles peuvent favoriser l’empowerment et transmettre la multiplicité des expériences humaines, qui l’a conduite vers le présent projet. Ses travaux passés concernant l’exclusion sociale, la visibilité et la négociation des identités au sein des minorités religieuses et sexuelles, tout comme ses efforts pour la défense des droits dans la communauté LGBTQ2SI+ de Kitchener-Waterloo, ont démontré son engagement face au développement de politiques anti-oppressives et inclusives. Quand elle ne lit pas, Rachel aime écrire des nouvelles.